Outils pour utilisateurs

Outils du site


gestuelle_somatique

Gestuelle Somatique

INTRO : que serait une gestuelle nourrie de sensation et perception somatiques (le corps perçu en train se de percevoir, les ressentis intérieurs et les relations à l'espace extérieur étant en dialogue incessant)?

  • Atelier de pratique somatique préparatoire aux écritures de gestuelles : image colonne douce, images reins avec surrénales, image lobes des poumons +poumons/arbres.
  • marcher dans la salle : délier tête, mains, jambes, chevilles, poignets, doigts, activer la synovie, marcher avec l’avant du corps, avec l’arrière du corps, écarter épaules-oreilles, soulever la tête, décoller la tête de l’occiput.
  • écouter ma voix, cette guidance depuis le cerveau arrière, l'arrière du crâne.
  • arrêt: poser les pieds,
  • 1 tube : dérouler la colonne, enrouler tube vertébral base du crâne-queue du coccyx, posé dessus, 33 vertèbres, 2 courbes, disques de cartilage entre les vertèbres : ondule, fluide.
  • 2è tube : ouvrir la bouche, vocaliser, laisser descendre l’air dans le ventre, et ouvrir-fermer l’anus : tube du sac vitélin, des organes = bouche-oesophage-estomac-intestins-colons-rectum.
  • 3è tube = la notocorde, la colonne douce, notre axe, devant la colonne vertébrale, et derrière le tube des organes , entre le tube vertébré et le tube organique, mémoire de l’espace de la notocorde dans notre corps : sentir ce qu’on appelle « notre axe » : bas de crâne arrière et au cœur du petit bassin, au-dessus de organes génitaux, cela s’est accroché là dans notre embryologie = la notocorde, l’axe, la colonne douce
  • Contacter cette verticalité : matière « pulpe de pépins de raisins », de laquelle ont bourgeonné 3 lames de paires de reins : 1 en haut pour faire nos vaisseaux sanguins, 1 au milieu pour nos reins actuels qui filtrent le sang, et la dernière paire de reins pour les organes génitaux, mais nous contactons ici une mémoire du corps, toujours présente dans les tissus qui se situe avant la différenciation sexuelle.
  • S’attarder sur la paire de reins actuelle : juste sous les côtes, forme de 2 graines (haricots) : respirer dedans, sont notre énergie de base, pour les détendre contacter les chapeaux des surrénales et leur proposer de se déposer sur les reins, qui sont pleins, dessous, poser les surrénales, les laisser se diffuser dans les reins et remplir les reins par la respiration. Toujours s'appuyer sur la respiration.
  • Motilité et mobilité du rein : légères ouvertures sur l’extérieur = flanc gauche, flanc droit : laisser couler le rein dans la jambe, jusqu’au pied = céder à la terre avec ses reins sur l’expire et à l’inspiration, pomper depuis sous les pieds pour gonfler les reins : puis marcher avec ses 2 reins dans chaque jambe.
  • Les reins soutiennent les jambes. Marcher avec le cerveau arrière, avec la mémoire de la notocorde, laisser couler et prendre appui sur ses reins pour marcher. Ouvrir le haut du corps pour inviter les poumons.
  • Se déposer : debout : contacter les poumons : se toucher les clavicules, derrière se trouve le lobe haut, et dessous les côtes flottantes : lobe bas et surtout : l’arrière des poumons qui remonte bien. Ce ne sont pas 2 poches mais une arborescence d’alvéoles qui se gonflent et se dégonflent : image de la grappe de raisins. Rythme incessant échange avec le monde extérieur, l’environnement : épaisseur du poumon, le lobe du poumon arrière remonte haut en recouvrant les autres lobes !
  • Circuit de l’oxygène = le rejet, les déjections des végétaux, et notre CO2 rejeté est leur nourriture. Les poumons soutiennent les bras : jouer à sentir le chemin de l’air, par le cœur et le sang jusqu’au liquide intersticiel, pour passer les membranes de chaque cellule en même temps, dans un même mouvement que le C02, l’Azote et les nutriments rejetés passent la membrane cellulaire dans l’autre sens.
  • Sentir comment les poumons soutiennent les bras, jouer avec ça. Qu’est-ce que sont des mouvements de bras depuis les poumons ? Comment le bout de mes doigts est irrigué depuis mes poumons et ct leurs mouvements sont-il liés ? Je bouge mon poumon gauche ⇒ que devient mon bras?
  • Pour finir : contactons le cœur, au creux des poumons, lovés par eux, le poumons gauche n’a que 2 lobes pour lui laisser la place : contactons juste le rythme du cœur qui a spiralé depuis un seul autre “tube” sanguin pour façonner ses 2 ventricules : ventricule droit qui ®amène les informations du corps pour les évacuer et ventricule gauche avec sa double poche qui emmène aux pieds et bras et diffuse jusqu’à chaque cellule du corps (par les capillaires sanguins dans le liquide intersticiel dans lequel baigne toutes les cellules).
  • Jouer au rythme du cœur : remonter à droite (s'aider des bras/mains), ramener vers le coeur droit qui passe au cœur gauche par rythme saccadé par les 2 lobes ventriculaires) et le ventricule droit-bas distribue à tout le corps, jusqu'aux capillaires, et cellules qui redonnent les déchets au sang, remontent et passent par ventricules droit vers poumons = expiration !
  • Jouer avec ce rythme, comme une danse ou une musique de relation à l’extérieur incessante et intimement liée aux végétaux !
  • Contacter ces points d'appui, ces rythmes en marchant dans l'espace : avec ses reins, avec ses poumons, avec la danse-musique du cœur et laisser couler les mouvements.
  • Jouer avec les gestes simples:attraper, déposer au sol, etc

Se souvenir de là où partent nos mouvements pour nourrir les gestes de maraîchages : nos points d'appui, l'axe, les extrémités du corps reliées aux rythmes internes autant qu'à 'environnement extérieur avec lequel on relationne. Un geste est nourri d'un milieu que l'on co-façonne en permanence.

gestuelle_somatique.txt · Dernière modification: 2021/02/26 11:50 de dom